Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 21:20

Elle était bergère au IXe siècle. C'est une des patronnes du Berry (IXe) On l'invoque contre la sécheresse.

“La très-illustre vierge Solange est la patronne, et, pour ainsi dire, la Sainte Geneviève du Berry. Elle naquit au bourg de Villemont, à deux ou trois lieues de la ville de Bourges. Son père était un pauvre vigneron qui menait une vie très-chrétienne; Dieu récompensa sa piété en bénissant son mariage. Il eut une fille qui fut nommée Solange. Chez cette admirable enfant, la beauté du corps et celle de l’âme se rehaussaient réciproquement, de sorte qu’elle faisait les délices de Dieu et des hommes”


“De vieilles chroniques l’appellent Solange ou Soulange; son lieu natal n’existe plus; on voit au milieu du Pré-Verdier les ruines d’une maison qu’habitait, dit-on, Sainte Solange. Cette prairie est à une demi-lieue du bourg appelé du nom de la Sainte depuis sa mort, et auparavant Saint-Martin-du-Cros.”


“Si l’on en croit les leçons de l’office que l’Eglise lui a consacré il paraissait le jour et la nuit, au-dessus de sa tête, une étoile qui la conduisait en ses démarches, et qui lui servait de règle en tout ce qu’elle devait faire; cette étoile lui servait spécialement de guide et d’avertissement, lorsque le temps qu’elle avait destiné à l’oraison ou à la psalmodie s’approchait; comme si cette lumière, qui invitait autrefois les Saints rois Mages à aller reconnaître et adorer Jésus-Christ, eût été reproduite pour favoriser cette Sainte épouse du même Sauveur, et lui indiquer les précieux moments auxquels le divin Époux demandait ses adorations.”

(Extrait des Petits Bollandistes)


Un jour, attiré par la réputation de la bergère, Bernard de la Gothie, fils de Bernard, comte de Poitiers, de Bourges et d’Auvergne monte à cheval, et, sous prétexte d’aller à la chasse, il se rend sur les terres de Villemont, où Solange gardait son troupeau.


Il est pris d’un vif désir pour elle, il la saisit, l’emporte sur son cheval. Refusant ses avances, Solange lui échappe et se laisse tomber dans un ruisseau au bord de la route. Bernard ivre de rage devant le refus de Solange transforme son amour en haine et la décapite. (d’autres disent qu’il la transperça avec son glaive)


Solange qui était debout, étend paisiblement ses bras pour recevoir sa tête et marche (c’est assez courant dans la région) jusqu’à Saint Martin du Cros où elle fut ensevelie.   (Boll. T. 5, pp. 427 à 431)


Le pape Alexandre VII autorisa la création d’une confrérie des “Cousins de Sainte Solange."


 

10 mai


- C'est à la saint Antonin que vend son vin le malin.
(il est préférable de vendre son vin à venir avant les saints de glace. L'acheteur doit payer ferme au moment de l'achat)


- Il est recommandé de planter les haricots le jour de Sainte Solange, afin d'avoir une bonne récolte.


Sainte Solange
ou Solemnia (solemnis : solennel)


Patronne du Berry. Elle naquit près de Bourges. Son père était un pauvre vigneron. Elle devint bergère des moutons de son père. Le lieu où elle gardait les moutons était aussi le lieu où elle priait et pleurait. Il s'appelle aujourd'hui le "champ de sainte Solange".


Par sa seule volonté, elle ramenait les brebis perdues sans se servir ni de chiens ni de bâton. De même, rien qu'en y pensant, elle détruisait les animaux nuisibles qui nichaient dans les arbres fruitiers.


Un jour, un Seigneur du lieu passa par là. C'était Bernard de Gothie, fils du comte de Poitiers. Il tomba amoureux de la vierge et voulut l'épouser.


Comme elle refuse, il l'enlève et la met sur son cheval puis détale et galope vers son château. Mais Solange parvient à se libérer des bras de Bernard et se jette dans le bas-côté, le long de la rivière. Bernard furieux, descend de son cheval, prend son épée et coupe la tête de Solange.

 

Avec ses mains, Solange reçu sa tête et se dirigea vers Saint Martin du Cros pour s'y faire enterrer.

 

Les pèlerins qui viennent vénérer Sainte Solange le 10 mai, dans le Berry, reçoivent le nom de "cousins de Sainte Solange"

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saintes - dans Sainte Solange
commenter cet article
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 21:19

Seigneur, ayez pitié de nous, Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous, Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous, Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous, Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous, Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit Saint qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Sainte Mère de Dieu, priez pour nous.

Sainte Vierge des vierges, priez pour nous.

Sainte Solange,

Sainte Solange, dès votre enfance, bien-aimée du Seigneur,

Sainte Solange,, chérie de la très sainte Vierge,

Sainte Solange, pleine d’amour pour la pureté et la chasteté,

Sainte Solange, vierge d’esprit et de corps,

Sainte Solange, assidue au travail,

Sainte Solange, très dévote à la passion de Jésus-Christ,

Sainte Solange, plus jalouse de la beauté de l’âme que celle du corps,

Sainte Solange, supérieure aux séductions de la fortune,

Sainte Solange, victime glorieuse de la chasteté,

Sainte Solange, décoré de la palme du martyre,

Sainte Solange, espérance des pèlerins,

Sainte Solange, santé des infirmes,

Sainte Solange, lumière des aveugles,

Sainte Solange, vous qui rendez l’ouie aux sourds,

Sainte Solange, vous qui rendez la langue aux muets,

Sainte Solange, vous qui bénissez nos moissons,

Sainte Solange, vous qui mettez un terme aux sécheresses brûlantes,

Sainte Solange, vous qui apaisez les tempêtes,

Sainte Solange,, vous qui êtes notre sauvegarde dans les dangers,

Sainte Solange, consolatrice des pécheurs qui vous invoquent,

Sainte Solange, joie des anges,

Sainte Solange, compagne des martyrs,

Sainte Solange, émule des vierges,

Sainte Solange,, notre défense,

Sainte Solange, enfant de notre pays et notre protectrice,

Sainte Solange, honneur de notre peuple,

Sainte Solange, gloire de Bourges et patronne du Berry,

Sainte Solange, appu de ceux qui vous sont dévoués,

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

V/. Béni soit à jamais le Seigneur,

R/. Qui m’a revêtue de ma force.

PRIONS. Seigneur Jésus, qui avez fixé votre demeure dans les cœurs purs, accordez-nous de marcher sur les traces de sainte Solange, votre vierge et martyre, dont nous honorons les mérites de tout notre cœur et d’imiter la pureté de sa foi et de sa vie, ô vous qui vivez et régnez, Dieu unique, avec le père et le Saint-Esprit, dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il


Repost 0
Published by Sur les Pas des Saintes - dans Sainte Solange
commenter cet article
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 21:19

De vieilles chroniques l’appellent Solange ou Soulange ; son lieu d’habitation natal n’existe plus ; on voit au milieu du Pré-Verdier les ruines d’une maison qu’habitait, dit-on, sainte Solange. Cette prairie est à une demi-lieue du bourg appelé du nom de la Sainte depuis sa mort, et auparavant Saint Martin du Cros. Vie de sainte Solange, par M. l’abbé Oudoud, p.6

 

Reliques et culte de sainte Solange

 

        On exhuma bientôt ses restes précieux, à cause des miracles qu’ils opéraient ; on les transféra du cimetière dans l’église de Saint martin, qui prit le nom de Sainte Solange. Ils furent renfermés d’abord dans une châsse en bois, artistement travaillée ; et, plus tard, dans une châsse en cuivre doré. La dernière translation eut lieu le lundi de la Pentecôte, 8 juin 1511. La cérémonie fut présidée par Mgr Denis de Bar, ancien évêque de Saint-papoul, qui, avec l’autorisation des vicaires-généraux capitulaires, consacra solennellement, dans cette circonstance, l’église de Sainte Solange. Au XVIIe siècle, cette châsse fut renfermée dans une autre d’argent.


       
En 1793, la châsse de sainte Solange fut enlevée de la paroisse du diocèse de Bourges, qui porte son nom, et ses reliques furent dissipées. Mais « en faisant ma visite d’archidiacre à Méry-ès-Bois, le 5 avril 1843, nous écrit M. Caillaud, vicaire général, j’y trouvai des reliques de sainte Solange : un os du crâne, la machoire supérieur et une dent de la Sainte. Ces relique appartenaient, avant la Révolution, à l’abbaye des bernardins de Louis et avaient été transférées avec grande pompe à Méry-ès-Bois, en 1791, lorsque les moines quittèrent le couvent ; je divisai ces reliques en deux portions égales, dont l’une resta à Méry-ès-Bois, et l’autre fut donnée à la paroisse de Sainte Solange ».


       
Le diocèse de Nevers, plus heureux que celui de Bourges, a pu sauver tout ce qu’il possédait des reliques de sainte Solange ; la petite boîte qui les renferme porte cette inscription : Fragmento reliquiarum sanctae Solangiae, V.M., 1612.


       
Nous ne pouvons raconter les nombreux miracles qui se sont opérés et s’opèrent encore par l’intercession de la vierge de Villemont : les muets recouvrent la parole ; les aveugles, la vue, les sourds, l’ouie ; les paralytiques, le mouvement ; les boiteux, le pouvoir de marcher ; des malades de toute espèce, leur guérison ; des possédés, leur délivrance. M. l’abbé Caillaud nous écrit encore : « Les miracles continuent de s’opérer à Sainte-Solange. En 1834, une personne de la paroisse du Lys-Saint-Georges (Indre), Mare Moulin, âgée de vingt—six ans, y recouvra la parole qu’elle avait perdue depuis quatorze ans. Le 28 mai 1850, une religieuse du Bon-Pasteur, Pauline Barbery, en religion sœur Saint-Alexis, atteinte, trente huit jours, d’une inflammation de poitrine qui l’avait réduite à un état de faiblesse tel que ses compagnes et le médecin la regardaient comme mourante, fut instantanément guérie, après une neuvaine à Sainte Solange ».


       
Les habitants de Bourges ont toujours eu recours à sainte Solange, dans les calamités publiques, et leur confiance n’a jamais été trompée. Dans ces circonstances, ils demandent qu’on porte processionnellement, dans leurs murs, la châsse qui renferme les reliques de leur sainte patronne.

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saintes - dans Sainte Solange
commenter cet article
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 21:18

C’est avec confiance que nous avons recours à vous, glorieuse martyre de Jésus-Christ ; nos pères nous ont appris à vous honorer et à vous invoquer comme notre protectrice. Le souvenir des bienfaits que vous avez répandus sur eux ne s’effacera jamais de nos esprits. Nous avons nous-mêmes éprouvé bien des fois votre crédit auprès de Dieu ; et nous ne saurions nous rappeler ce que vous avez fait pour nous, sans être pénétrés de la plus vive reconnaissance.

Protégez-nous donc toujours, aimable Patronne ; ne cessez de tenir vos mains élevées vers le Père des miséricordes pour une province qui vous donna le jour ! Si le Tout–Puissant, irrité de nos offenses, se dispose à nous punir, priez-le de ne pas oublier que vous êtes notre sœur.


 

 

Ancienne prose en l’honneur de sainte Solange qu’on chante encore aujourd’hui sur l’air O Filli et Fillia

A sainte Solange

Offrons en ce jour

Un chant de louange,

Un tribut d’amour.

 


 


 

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saintes - dans Sainte Solange
commenter cet article
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 21:17

Sainte Solange, qui aurait vécu à la fin du IXème siècle, est la patronne du Berry.

 

«On la représente gardant ses moutons, avec une étoile au-dessus de sa tête; d'autres fois, elle est agenouillée au pied d'une croix, et entourée de son troupeau; on aperçoit dans le lointain le comte Bernard, accompagné d'un écuyer. Enfin, on la voit, le plus communément, portant sa tête entre ses mains.» (Guérin)


 

 

La légende

 

La légende raconte que Solange (ou Soulange) était une jeune bergère, très belle. Elle habitait Villemont, paroisse de Saint-Martin-du-Crot, dans un lieu appelé le pré Verdier. Un jour qu'elle gardait son troupeau, Bernard de la Gothie, fils de Bernard, comte de Bourges, de Poitiers et d'Auvergne, la rencontra. Frappé par sa beauté, il fut pris d'une passion soudaine pour la jeune fille et lui proposa de l'épouser. Mais Solange refusa, «parce qu'elle avait voué sa vie à Jésus-Christ» (Badin et Quantin) et qu'elle ne voulait pas d'autre époux. Le prince redoubla ses assiduités auprès de la bergère. Devant le refus réitéré de la belle, peu habitué sans doute qu'on opposât une résistance à ses désirs, il passa bientôt des prières aux menaces puis à la violence. Il tenta de forcer Solange. Celle-ci s'enfuit. Son galant furieux la poursuivit, et tirant l'épée, l'atteignit et lui trancha la tête.

 

Selon la légende, la petite bergère aurait alors prononcé encore trois fois le nom du Sauveur, puis ramassant sa tête 1) , l'aurait porté en l'Eglise de Saint-Martin, où elle fut inhumée.


 

 

Le culte de Sainte Solange en Berry

 

La tradition a retenu le 10 mai 878 comme date du martyre de Solange. Son culte est resté important en Berry depuis le moyen-âge jusqu'à notre époque. Inhumée au cimetière de Saint-Martin, on exhuma les restes de la sainte «à cause des miracles qu'ils opéraient» (Guérin). D'abord recueillis dans une châsse en bois, ils furent ensuite placés dans une châsse en cuivre. La dernière translation eut lieu en 1511. En 1657, la ville de Bourges fit don d'une châsse d'argent pour y placer l'ancienne. Puis en 1793, pendant la Révolution, les reliques furent dispersées.

La croyance populaire attribue à la vierge de Villemont de nombreux miracles opérés par son intercession : aveugles qui recouvrent la vue, muets qui retrouvent la parole, sourds qui peuvent de nouveau entendre. Les malades «de toute espèce» guérissent, les possédés sont délivrés…

Les habitants de Bourges avaient recours à Sainte Solange «dans les calamités publiques». On portait en procession, dans leurs murs, la châsse qui contenait les reliques de la sainte. «Le 31 mai 1637, Henri de Bourbon, prince de Condé, se rendit en pèlerinage à Sainte-Solange et voulut conduire lui-même, à la métropole, les saintes reliques que la population entière réclamait. Ce fut pour Bourges un jour de fête; on jonchait de fleurs les rues par lesquelles la châsse devait passer; le devant des maisons était tapissé; de toutes parts on n'entendait que de pieux cantiques.» (Raynal)


Ces processions avaient lieu particulièrement dans les temps de sécheresse. On a conservé le procès-verbal de la dernière qui eu lieu, en 1730.


«Le 10 mai, anniversaire de sa mort, le lundi de la Pentecôte, anniversaire de la translation de ses reliques et de la dédicace de son Eglise, une foule immense de pèlerins, de malades, de mères, tenant leurs enfants dans leurs bras, viennent invoquer son intercession et chercher autour de son église sinon la santé, au moins l'espérance. Sa châsse est portée processionnellement par des hommes revêtus d'aubes et couronnés de fleurs. Cette châsse en bois argenté, aujourd'hui vide des reliques de la Sainte, a remplacé une châsse en argent détruite pendant la Révolution et que la ville de Bourges avait offerte à la modeste église de village en 1657. Jadis, en effet, toutes les fois que régnaient de longues sécheresses, on apportait solennellement, à Bourges, les reliques de sainte Solange, et on a conservé la mémoire de plusieurs de ces processions que des pluies abondantes avaient suivies de bien près.» (Raynal)

 

Au XIXème siècle (en 1874), une chapelle fut édifiée sur le lieu supposé de son martyre, à moins d'un kilomètre du village qui porte désormais son nom.

 

On fête aujourd'hui encore Sainte Solange le lundi de la Pentecôte. Des membres de la communauté villageoise ainsi que des pélerins, souvent nombreux, y portent toujours en procession la châsse qui contenait les reliques de la sainte, témoignage d'une religiosité populaire toujours vivace et qui a traversé les siècles.


 

 

Références

 

Badin et Quentin, Géographie départementale, classique et administrative de la France, Département du Cher, Paris, 1847

 

Guérin, Paul, Les petits Bollandistes : vie des saints, tome 5, 7ème édition, Paris, 1876

 

Raynal, Louis, Histoire du Berry depuis les temps les plus anciens jusqu'en 1789, Vermeil, 1844-1847, p. 313 et suivantes

folklore traditions, philosophie religion, recent,

 

1) La représentation du saint martyr ramassant sa tête est familière dans l'iconographie des saints chrétiens. Dans sa Vie des Saints, Jacques de Voragine raconte par exemple un épisode semblable concernant Saint Denis, décapité, qui ramasse sa tête et continue son ascension de la butte Montmartre, «guidé par un ange»

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saintes - dans Sainte Solange
commenter cet article

Recherche