Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 14:27

 

Sa mort et sa canonisation

 

Colete mourut le 6 mars 1447 en son couvent de Bethléem à Gand, en présence des Pères Pierre de Vaux et François Claret. La renommée de ses vertus, peut-être aussi les faits merveilleux qui suivirent son décès, attirèrent auprès de sa dépouille mortelle un grand concours de peuple... plus de trente mille personnes, écrivent - sans doute avec quelque exagération - Pierre de Vaux et, à sa suite, Sœur Perrine.

 

Elle fut, selon son désir, rendue à « sa mère la terre », inhumée sans linceul ni bière, dans le cimetière de son couvent de Gand. En 1471, l'évêque de Tournai, à la suite de miracles attribués à la défunte, fit faire une enquête à Corbie, recueillant encore le témoignage de vieillards qui avaient connu Colette en sa jeunesse. En 1492, le Père Jacques Bernard, alors visiteur de l'ordre franciscain, fit découvrir les ossements, qui furent trouvés intacts. On recueillit dès lors les miracles : quatorze à Hesdin, quinze à Gand, quatre à Arras, bien d'autres à Poligny et à Auxonne. Aussitôt deux frères mineurs partirent à Rome pour y faire instruire la cause de béatification, emportant des suppliques signées d'évêques et de princes ainsi que les vœux des bourgeois de Corbie, d'Hesdin et de Gand.

 

Accueillie avec bienveillance par le Consistoire, la requête n'aboutit pas à un résultat immédiat par suite des embarras créés au Saint-Siège par les guerres d'Italie. Des suppliques adressées à Jules II en 1508 et à Léon X en 1513 eurent le même sort et pour les mêmes raisons.

 

Un office de leur fondatrice fut enfin concédé aux clarisses de Gand ; étendu à toutes celles de Belgique en 1610, il fut, après la béatification de Colette en 1625, autorisé pour tous les monastères de colettines et de franciscains en 1635. La canonisation n'eut lieu qu'en 1807 (24 mai) sous le pontificat de Pie VII.

 

Sources d'archives diplomatiques et littéraires

 

Père Ubald d'Alençon, O.M.C., Édition, analyse et critique : Lettres inédites de Guillaume de Casal à sainte Colette de Corbie et notes pour la biographie de cette sainte, dans Études franciscaines, XIX, 1908, p. 460-481, 668-691 (avec le relevé des manuscrits non catalogués de la bibliothèque de Besançon et, en appendice, la description d'un manuscrit qui, entre autres choses, contient un inventaire des archives des clarisses d'Amiens au XVIIIe siècle, très importante pour le sujet) ;

 

Père Ubald d'Alençon, Documents sur la réforme de sainte Colette en France, dans Arch. franc. hist., II, 1909, p. 447-456, 600-612, III, 1910, p. 82-97 ;

Père Ubald d'Alençon, Les vies de sainte Colette Boylet de Corbie, réformatrice des frères mineurs et des clarisses (1381-1447) écrites par ses contemporains le Père Pierre de Reims, dit de Vaux, et Sœur Perrine de la Roche et de Baume, dans coll. Archives franciscaines, IV, Paris-Couvin, 1911 (avec l'hagiographie de sainte Colette de 1450 à 1910).

 

Bibliographie

 

Outre les travaux cités dans la publication du Père Ubald d'Alençon mentionnée ci-dessus :

 

J. Ancelet-Hustache, Les Clarisses, collection Les grands ordres monastiques, Paris, 1929.

 

J.-Th. Bizouard, Histoire de sainte Colette et des clarisses en Franche-Comté, Besançon, 1888.

 

J.-Th. Bizouard, Histoire de sainte Colette et des clarisses en Bourgogne, Besançon, 1890.

 

Père P.B. De Meyer, O.F.M., De hl. Coleta van Corbie (1447-1947). Van Boergondië naar Vlaanderen, Malines, 1947.

 

Douillet, Sainte Colette, sa vie, ses œuvres, son culte, son influence, 1869.

 

A. Germain, Sainte Colette de Corbie, Paris, 1903.

 

A. Pidoux, Sainte Colette, Paris, 1907.

 

Chanoine Poirot, Sainte Colette. sa vie, son œuvre et ses monastères en Franche-Comté, Besançon 1947.

 

Père Quirinue Van Alphen, De hl. Coleta van Corbie, dans Franciscanansch leven, XX, 1937, p. 156-166, 212-222 ; XXI, 1938, p. 292-301 ; XXII, 1939, p. 198-208.

 

E. Sainte-Marie Perrin, La belle vie de sainte Colette de Corbie, Paris, 1920.

 

C. Yver, Sainte Colette de Corbie, Paris, 1945.

 

Révérende Sœur S. Roisin (Institut de l'Enfant-Jésus, Nivelles, Belgique)

 

© Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastique, tome XIII, Paris, Letouzey & Ané, 1956.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saintes - dans Sainte Colette
commenter cet article

commentaires

Recherche