Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 22:47

Adairic songea alors à marier Odile à quelque puissant seigneur de ses amis. Mais elle avait bien d'autres pensées. La vie tumultueuse des cours la fatiguait, et elle songeait à retourner dans la solitude de Baume. Adalric, à qui elle fit connaître son dessein, s'y opposa, et malgré ses instances et ses larmes, elle ne put obtenir la permission de son père. Odile fut vivement contrariée de cet obstacle. Elle écrivit à sa tante et aux religieuses de Baume une lettre touchante pour leur exprimer sa douleur. L'abbesse regretta l'éloignement d'Odile, et, pour conserver d'elle un souvenir plus sensible, elle garda soigneusement et avec le plus grand respect un voile violet, mêlé de soie et de filets d'or, que la Sainte avait travaillé de ses mains, et qui fut vénéré dans l'abbaye de Baume jusqu'au siècle dernier.

 

Odile fut donc obligée de rester malgré elle à Hohenbourg. La renommée de ses qualités éminentes y attira bientôt les personnes les plus distinguées. Un duc d'Allemagne, enchanté de son mérite, demanda sa main à Adalric. Le duc. et la duchesse voyaient dans cette alliance un avenir brillant pour leur fille. Ils donnèrent leur consentement; mais lorsqu'ils demandèrent celui d'Odile, elle répondit, avec autant de fermeté que de respect, qu'elle ne voulait pas avoir d'autre époux que Jésus-Christ, à qui elle avait voué son coeur. Quelques jours après, craignant les mesures qu'on voulait prendre pour contraindre sa liberté, elle s'enfuit secrètement, déguisée sous l'habit d'une mendiante. Son dessein était d'abord de se rendre à Baume; mais, ayant réfléçhi qu'on ne manquerait pas de la chercher de ce côté, elle traversa le Rhin sur une barque, et résolut de chercher une solitude inconnue, où elle pût vivre loin du monde (619).

 

Quand on s'aperçut au château de Hohenbourg qu'Odile avait disparu, le duc ordonna à ses fils de se mettre aussitôt à sa recherche. Il se dirigea lui-même du côté du Rhin,-et prit le chemin de Fribourg en Brisgaw. C'était justement celui que suivait sa fille ; cependant, malgré toutes ses recherches, Adalric ne put la découvrir, et elle resta cachée pendant plusieurs mois à Fribourg ou dans les environs. Adalric, affligé de son absence, fit publier dans ses Etats qu'il s'engageait solennellement, si Odile revenait à Hohenbourg, à lui laisser toute liberté d'embrasser le genre de vie qu'elle désirait.

 

Cet édit -parvint à la connaissance d'Odile. Elle en rendit grâces à Dieu, et se rendit à Hohenbqurg (680). Le duc se montra, fidèle à sa promesse, et quand sa fille lui eut fait connaître le. désir qu'elle avait d'établir en Alsace une. communauté de vierges consacrées à Dieu, il accueillit volontiers cette proposition et voulut contribuer généreusement à cette oeuvre. Aussitôt iI céda à Odile le château même de Hohenhourg avec toutes ses dépendances, et cette antique forteresse, transformée par Adalric en une maison de plaisance, fut destinée à devenir, entre les mains de la Sainte , un asile ouvert aux âmes d'élite qui voulaient fuir le contact du monde.

 

Ce fut entre les années 680 et 690 que se firent les travaux nécessaires pour approprier la maison de Hohenbourg à sa nouvelle destination. Le duc pourvut libéralement à toutes les dépenses et présida souvent lui-même à l'ouvrage. Quand les bâtiments furent terminés, Odile en prit possession, à la tête d'une communauté de cent trente religieuses qui appartenaient aux meilleures familles du pays, et qui avaient renoncé, comme elle, à toutes les espérances du monde pour venir à Hohenbourg se retirer sous la conduite d'une maîtresse si habile dans la science du salut.

 

Cette communauté, si prospère dès sa naissance, jeta un grand éclat dans la province. La sainteté de l'abbesse et la ferveur des religieuses firent regarder la solitude de Hohenbourg comme l'asile de la vertu la plus pure. Sainte Odile, animée de l'esprit de Dieu, ne se contentait pas d'enseigner, par ses discours, les maximes de la vie spirituelle ; elle excitait ses filles par ses exemples, qui sont toujours la meilleure manière d'instruire, la plus courte et la plus efficace. Le duc Adalric, témoin de cette régularité, en exprima sa joie par de nouveaux bienfaits. II fit une fondation à perpétuité pour cent filles de qualité qui voudraient se consacrer au service de Dieu dans le monastère de Hohenbourg. Il y ajouta quatorze bénéfices pour les prêtres chargés du service religieux. Une fondation magnifique engagea dans la suite l'empereur Frédéric Barberousse à donner le titre de princesses du saint empire aux abbesses de ce riche monastère '

 

Les deux chapelles que le duc Adalric avait fait bâtir à Hohenbourg étaient insuffisantes pour les besoins de la nouvelle communauté. Odile obtint de son père toutes les ressources nécessaires pour construire une église belle et spacieuse, qui fut consacrée sous le vocable de Notre-Dame (690). Un oratoire, également dédié à la Vierge , était attenant à cette église. C'est dans ce sanctuaire qu'Odile aimait à se retirer pour se recueillir dans la prière, et satisfaire sa dévotion envers la Mère de Dieu. A quelques pas de l'oratoire de la Vierge , elle fit encore bâtir une autre chapelle, sous l'invocation de la Sainte Croix , pour honorer, par une dévotion spéciale, le bois sacré sur lequel s'est accompli le mystère de la rédemption. Enfin elle éleva un troisième oratoire à saint Jean-Baptiste, qu'elle honorait particulièrement depuis le jour où elle avait recouvré la vue par le baptême. L'historien contemporain de la Sainte raconte que cette dernière chapelle fut miraculeusement consacrée par saint Pierre, qui y apparut, aux yeux d'Odile, entouré d'une troupe d'anges, et cotte dédicace merveilleuse fut fêtée chaque année sous le nom de Consécration des:anges (696) Cette chapelle miraculeuse fut plus tard appelée la chapelIe  de Sainte-Odile, parce que c'est là que la Sainte fut inhumée et honorée jusqu'à ces derniers temps par les fidèles, qui venaient en foule y offrir leurs prières et leurs voeux

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saintes - dans Sainte Odile
commenter cet article

commentaires

Recherche