Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 14:49

 

            Bernadette est née le 7 janvier 1844 ; Elle est l’aînée de six enfants q’une famille extrêmement pauvre. Elevée près de Lourdes Chez une nourrice dont elle garde les moutons, elle ne retourne au foyer familial que vers l’âge de treize ans. C’est une enfant chétive, souffrant de crises d’asthme et ignorante car elle n’est jamais allée à l’école.

 

            Le jeudi 11 février 1858, envoyée par sa mère ramasser du bois sur les bords du Gave avec sœur cadette Marie et une amie, Jeanne Abadie, Bernadette voit « une jeune fille, belle comme jamais elle n’en a vue, en robe blanche et ceinture bleue, un voile sur la tête, une rose d’or sur chaque pied » . L’apparition lui promet le bonheur dans l’autre monde. La Sainte Vierge lui apparaît ainsi dix-huit fois entre le 11 février et le 16 juillet, en un lieu dénommé Massabielle.

 

            Le 23 février, la Vierge demande que des prêtres lui bâtissent une chapelle. Le 25, elle demande à Bernadette d’aller boire et se laver à la fontaine : Bernadette gratte la terre à l’endroit indiqué, une source naît et grossit de jour en jour. L’eau la guérit ainsi que d’autres habitants de Lourdes. Ce n’est qu’à la seizième apparition que la « Dame » lui révèle qu’elle est l’Immaculée Conception, confirmant ainsi le dogme récemment proclamé par Pie IX. Bernadette devient la proie des contradictions, des menaces, des insultes… On lui fait subir des interrogatoires épuisants auxquels, courageusement, elle fait face. La fillette souffre une vraie passion sans jamais taire la vérité de ce qu’elle a vu et entendu, mais son curé, l’abbé Peyramale reste prudent et l’évêque de Tarbes Mgr Laurence encore davantage. Mais en 1862 ils acceptent de déclarer que Marie est réellement apparue à Bernadette Soubirous.

 

            Elle est alors prise en charge par les soeurs de la Charité de Nevers installées à Lourdes. Elle attend à lire, à écrire, étudie le catéchisme. En juillet 1866 elle fait son entrée au noviciat de Nevers. Devenue Sœur Marie-Bernard, elle est tour à tour sacristine et infirmière. La volontaire dureté de la Mère Supérieure, qui veut à tout prix sa fille « favorisée particulièrement » de devenir orgueilleuse, purifie encore davantage cette âme dont le destin exceptionnel ne parvient pas à ternir la simplicité et l’esprit d’enfance.

 

            Au long de ses douze années de vie religieuse, Bernadette souffre de crises d’asthme de plus en plus violentes et fréquentes. En 1878 une tumeur au genou l’oblige à s’aliter. Ses derniers mois sont un martyre ; elle a peur de la mort et embrasse sans cesse son crucifix. Elle meurt le 16 avril 1879 en invoquant Marie et le ciel s’ouvre pour celle qui avait dit : « Marie est si belle que quand on l’a vue une fois, on voudrait mourir pour la revoir ». Bernadette est béatifiée en 1925 et canonisée en1933. Son tombeau à Nevers est un but de pèlerinage.

 

Le livre des Bannières Tome 1.

Association pour le Xvème centenaire de la France

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saintes - dans Sainte Bernadette
commenter cet article

commentaires

Recherche