Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 22:01

Le travail étant interrompu par cette conversation, Eugène déposa son marteau à broyer et se plaça à la porte de la grange. La nuit, une de ces claires et froides nuits de janvier, était venue. Dans l'immensité des cieux profonds, brillaient des milliers d'étoiles dont la neige, qui couvrait la terre, reflétait les scintillements. A la vue de ce spectacle divin, l'enfant fut saisi d'une religieuse admiration. Mais un spectacle beaucoup plus beau et beaucoup plus étonnant lui était réservé ! Abaissant insensiblement ses regards dans la direction d'une maison qui se trouve en face de la grange, il vit dans un cercle bleu, à une vingtaine de pieds au-dessus du toit de ladite maison, une belle et grande Dame. Elle était vêtue d'une robe bleue sans ceinture, comme une aube, et parse­mée d'étoiles d'or. Les manches en étaient larges et pendantes comme celles des anciens surplis. Ses chaussures bleues ainsi que la robe, étaient ornées d'une rosette en ruban d'or. Son visage était encadré d'un voile noir, dont les plis flottaient sur ses épaules. Une couronne d'or s'évasant avec la grâce des corolles du lis, et autour de laquelle se dessinait une ligne rouge, symbole du sang divin dont Marie fut inondée au pied de la croix, ornait sa tête. Son visage, d'une blancheur idéale, était tellement beau, que les enfants en la contemplant un peu plus tard s'écrièrent dans leur ravissement : « Jamais on n'a rien vu de pareil en personne ou en image ». Les bras tendus et abaissés, les mains affectueusement ouvertes, elle souriait de tout son beau visage au petit paysan qui la regardait. Eugène resta en extase devant cette merveilleuse apparition, jusqu'au moment où Jeannette Détais, l'ensevelisseuse de Pontmain, ayant terminé sa conversation avec le père Barbe­dette, sortit de la grange. Alors l'enfant l'arrêta et lui demanda si elle ne voyait rien sur la maison d'Augustin Guidecoq. Jeannette regarda dans la direction indiquée par Eugène et répondit : « Mais non, mon pauvre Eugène, je ne vois rien du tout ».

L'accent plein d'émotion avec lequel Eugène avait interrogé Jeannette, attira aussitôt son père et son jeune frère ; mais le père vivement sollicité de regarder au-dessus de la maison, fit la même réponse que Jeannette : il ne voyait que quelques étoiles. Et toi, Joseph, fit Eugène, ne vois-tu rien ? Je vois une belle et grande Dame, répondit Joseph. Et il se mit à décrire le costume aussi exactement que son frère l'avait fait. Ce qu'entendant son père, il se mit à regarder avec plus d'attention encore que la première fois, mais sans plus de succès. Il ne put rien découvrir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saintes - dans Notre Dame de Pontmain
commenter cet article

commentaires

Recherche