Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 22:46

V. Cana

1. La prière de Marie, modèle de la prière de l’Eglise. Cana est l’Evangile qui m’a le plus inspirée de réflexion, concernant la prière de louange. Et il me semble que nous pouvons regarder la prière de Marie à Cana comme le modèle de la prière de l’Eglise où sont unis les besoins des hommes, leurs souffrances, leurs peines et leur joies, leurs efforts et leurs péchés ; la louange de Dieu naît de cette intimité avec lui que nous donne en exemple la vie de la Vierge Marie.

2. Pauvreté et Foi. La Vierge Marie livre sa prière à son fils avec une pauvreté et une foi extraordinaire. Elle n’argumente pas pour savoir s’il est raisonnable de réclamer du vin alors que les gens ont déjà bien bu. Elle ne propose pas de solutions ou de savoir-faire à son Fils, elle n’use ni de charme, ni de l’autorité naturelle que lui confère son titre de Mère du Christ. Elle n’essaye pas de se faire persuasive. Non, elle constate un manque, une gêne et l’expose tout simplement à Jésus. Mais, après, elle se compromet beaucoup en engageant les serviteurs à accomplir les ordres du Seigneur. Elle pose là un acte de pure foi. A cette lumière, il nous est bon de revisiter peut-être les formes de nos prières de demande et notamment des prières d’intercessions ou des prières universelles. « Ils n’ont plus de vin », que de dépouillement  et de foi !

3. La prière exaucée qui nous ouvre sur l’immensité du dessein de Dieu. Et voilà que le Seigneur exauce la prière de sa mère. Et comme cette prière était large et soumise au désir de Dieu, Dieu l’exauce bien au-delà du besoin immédiat à satisfaire. C’est déjà, à l’horizon, l’annonce de cette Heure tant attendue de la Rédemption, de ce vin  de la nouvelle alliance, de ces noces de l’Agneau où sa fiancée s’est faite toute belle. C’est bien autre chose qu’un buffet campagnard !

4. Recevoir la prière de l’Eglise. Voilà qui nous invite à accueillir, avec foi, la prière que l’Eglise met sur nos lèvres. Au moment où je prie les psaumes de l’office, mon âme n’est pas forcément dans les dispositions du psalmiste. Pourquoi devrais-je chanter un psaume de pénitence alors que je suis dans la joie, et pourquoi m’obliger à chanter le psaume 150 alors que mon cœur est dans l’affliction. Et bien, parce que la constitution sur la liturgie nous dit au n° 84 :  « Lorsque cet admirable cantique de louange est accompli selon la règle, alors c’est vraiment la voix de l’Epouse elle-même qui s’adresse à son Epoux ; et mieux encore, c’est la prière du Christ que celui-ci, avec son Corps, présente au Père. » Voilà qui explicite cette merveilleuse union entre la prière de Marie se coulant dans la volonté de Dieu et le Christ qui, reprenant la prière de sa Mère, la porte jusqu’à l’immensité du désir de Dieu : La Rédemption, ce que le cœur de l’homme n’avait jamais imaginé.

5. « Faites tout ce qu’il vous dira » Cette invitation de la Vierge Marie peut s’appliquer à bien des situations dans nos vies, mais pour le sujet qui nous intéresse, j’y vois encore un enseignement. La Vierge dit :  « faites tout ce qu’il vous dira. » Or dans la liturgie, et surtout dans la liturgie Eucharistique, il s’agit bien de refaire ce que le Christ nous a demandé de faire : « Faites ceci en mémoire de moi » mais il faut aller plus loin. Un des principes de la liturgie est qu’il s’agit de faire ce que l’on dit et non de dire ce que l’on fait : je m’explique, Sacrosanctum concilium précise au n° 34 :  «  les rites manifesteront une noble simplicité, seront d’une brièveté remarquable et éviteront les répétitions inutiles ; …Il n’y aura pas besoin de nombreuses explications pour les comprendre. » Il est donc bon de veiller à ne pas remplir nos célébrations d’explications, de monitions qui les alourdissent. De même, il est important de toujours vérifier la cohérence de ce que l’on dit ou chante avec ce que l’on fait. Ainsi, on ne chante pas un Kyrie comme un alléluia, un chant de méditation n’aura pas la même forme qu’un chant d’envoi. On ne chante pas l’Exultet dans une Eglise inondée de lumière, et si l’on doit processionner, que l’on se déplace pour de bon.

6. l’Eglise Epouse associée à l’œuvre du Verbe. Ainsi l’Eglise qui se soumet avec bonheur à l’œuvre du Verbe voit des merveilles s’accomplir sous ses yeux. Sainte Jeanne avait un sens aigu de cette dimension quand elle recommandait à ses annonciades de suivre en tout l’Eglise romaine que se soit pour ses livres ou pour ses usages.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sur les Pas des Saintes - dans Sainte Jeanne de France
commenter cet article

commentaires

Recherche